Escales Littéraires Sofitel

  Il était une fois… les Escales Littéraires, un récit qui prend vie en 2008 et ne cesse de se renouveler, avec la volonté de Sofitel de poursuivre le développement du pilier de la Culture, l’un des socles fondateurs de la marque. Les Directeurs des Sofitel ont également eu le désir d’inviter des écrivains à découvrir leur destination, comme ils accueillent leurs clients à travers…

En savoir plus
Zoom sur

Le Jour où je suis devenue vieille

Par Benoîte GROULT

J’entretiens un très curieux et très ancien lien avec l’Allemagne. Quand nous étions enfants, ma sœur Flora et moi, mon père, André Groult, que nous appelions Pater car c’était un excellent latiniste, aimait à parcourir notre appartement le dimanche matin, drapé dans son peignoir-éponge blanc, qu’il ennoblissait du nom de toge, en récitant vers latins, poèmes français ou en chantant des lieder allemands. « Wer reitet so spät durch Nacht und Wind? Es ist der Vater mit seinem Kind. » ( Qui chevauche si tard dans la nuit et le vent ? C’est un père à cheval avec son enfant. ) La poésie et l’amour filial aidant, je trouvais bouleversantes ces sonorités rugueuses. L’italien si musical, si proche pour moi du latin que j’allais enseigner dans les années quarante au cours Bossuet, me semblait en comparaison trop joli et un peu racoleur. L’année où j’obtins mon bac, je décidai donc de m’initier à l’allemand et j’achetai pour les vacances de…

Lire la nouvelle
Zoom sur

Impressions Hongroises

Par Anaïs JEANNERET

Encombrées de sacs informes qui se cognent et s’accrochent aux accoudoirs, deux passagères remontent péniblement le couloir de l’avion. L’homme derrière moi s’impatiente et me donne des coups d’épaule, espérant sans doute que je libère au plus vite le passage vers la sortie. Je me moque de la lenteur du débarquement, mais je suis furieux. Furieux contre moi. Furieux d’avoir accepté cette escapade au moment où mon éditeur me presse de rendre mon nouveau roman. Plus encore, je suis furieux de ne pas arriver à avancer dans mon travail, comme tétanisé depuis des semaines par la crainte de ne pas être à la hauteur de l’accueil réservé à mon dernier livre. J’avais reçu l’invitation au cœur de l’été. Il s’agissait de passer trois jours à Budapest puis d’écrire quelques lignes pour un guide touristique. Je ne connaissais pas la ville, j’étais encore dans l’euphorie du succès. Je faisais découvrir la Croatie à Sonia. Elle riait tout le temps de son…

Lire la nouvelle
Zoom sur

Brel et moi

Par Akli TADJER

De Bruxelles, je n’avais connu que les quais battus par les courants d’air de la Gare du Midi et les halls émollients des grands hôtels où je passais la journée pour parler de mes romans à des chroniqueurs littéraires. Je repartais pour Paris, le soir, frustré de tout ignorer de la capitale des Belges. Et, chaque fois, je pensais, en regardant les cartes postales sur les présentoirs des kiosques à journaux de la gare, que ce serait bien, qu’un jour, une rencontre de hasard me fasse visiter sa ville. Hier, à la tombée de la nuit, je me suis assis sur un banc, du bout du quai, comme souvent. Une voix féminine échappée des haut-parleurs a annoncé que mon train aurait du retard. Combien de temps ? Je ne m’en souviens pas. Le motif ? Je n’écoutais déjà plus. Le vent d’hiver soufflait par rafales. Le froid brouillait mes yeux de larmes, j’ai relevé le col de mon manteau et…

Lire la nouvelle
Zoom sur

Retour aux sources

Par Akli TADJER

Voilà comment ça a commencé. C’était un mois de mai mouillé comme je n’en avais jamais connu. Chaque jour apportait son lot de bourrasques de pluie, de rafales de vent, d’averses de grêle. Pour nous piler un peu plus le moral, les bulletins de la météo nous prédisaient la même punition pour les temps à venir. Seuls les vendeurs d’essuie-glaces, les marchands de parapluies et les escargots étaient à la fête. Ma mère, encore toute pimpante lorsqu’elle avait soufflé, en avril dernier, ses soixante-dix-sept printemps, avait viré dans les tons maussade. Elle usait ses heures assise sur son canapé, tête baissée, bras croisés, les yeux fixés sur le bout de ses pieds. Et taiseuse avec ça. On ne communiquait plus que par onomatopées, raclements de gorge, gestes approximatifs. L’appétit aussi lui faisait défaut. Au cœur de l’après-midi elle toutouillait sans plaisir une tartine de pain beurrée dans une tasse de lait tiède et c’était tout pour la journée. J’avais mis…

Lire la nouvelle

Actualités

Vous trouverez toutes les actualités culturelles liées au programme des Escales Littéraires Sofitel: événements, nouvelles, rendez-vous à ne pas manquer, les parutions de nos auteurs…

Sortie du nouveau roman d'Akli Tadjer

Après avoir participé deux fois au programme des Escales Littéraires…

Lire

Prix de l'Escale Littéraire Sofitel "Alger"

En octobre dernier, le Sofitel Alger Hamma Garden a eu…

Lire

Prix du Meilleur Livre Etranger Sofitel 2018

Jeudi 29 novembre a eu lieu la remise du Prix du…

Lire
Voir toutes les Actualités