Catherine ENJOLET

Auteur de romans et d’essais, Catherine Enjolet conjugue littérature et engagement.
Sur le thème du silence, elle est intarissable. Universitaire et professeur de Lettres, elle écrit contre l’indicible et ses ravages “On meurt de silence ». Tout ce qu’elle entreprend converge : son engagement humanitaire, son don d’ingérence qu’elle innove ça et là dans le monde. Elle déploie, au travers de son action et de ses livres, son concept des liens du sens. Dès son premier roman, elle est couronnée et saluée par la critique. Son écriture est sobre et ses récits intenses. « Catherine Enjolet confirme son talent d’écrivain. Elle séduit par la forme, bouleverse par le fond” (Le Monde). Elle a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en 2009 et les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres en 2015.

La nouvelle

Au balcon du ciel

Catherine ENJOLET Sofitel Rome Villa Borghese

On ne sait jamais quelle surprise nous réserve le passé.   1 On rencontre son destin sur les chemins que l’on prend pour l’éviter. Des clameurs montent de la nuit. Mes pensées s’éparpillent. Les cloches retentissent, font résonner les douze coups de minuit. Le ciel pétille. Feux d’artifice sur la ville. L’horizon s’embrase. Rome vue du ciel. 1er janvier sur la terrasse de ma chambre d’hôtel. Des brassées de confettis multicolores tourbillonnent jusqu’au sol. Rome. Pourquoi ce choix de passer seule, ici, la nouvelle année ? Les feux crépitent. Le sommet des collines rougeoie. Des rires, des éclats de voix animent la nuit. Des odeurs de terre montent du parc de la Villa Médicis. Rome pour oublier Paris ? Faire le point ? Marquer un changement pour mes quarante ans ? Mon regard cherche à tout saisir, tout retenir. Instant unique. J’ai le cœur par-dessus les toits. Les éclats illuminent en gerbes les hautes façades, projetant des lueurs irréelles. Théâtrales.…

Lire la nouvelle

Changer de regard

Catherine ENJOLET Sofitel Luxembourg Le Grand Ducal

Est-ce qu’elle se trompait de vie? « Un bon ptit soldat ». C’est ce qu’on disait toujours d’Ariane. Du genre qui avance dans la vie comme Cosette en chantonnant dans la foret. Et si elle faisait demi tour? Oui, Cosette aurait pu dire « j’ai peur », » j’veux pas y aller. Pas porter le fardeau des autres! Pas avancer dans le noir… » et. Qu’est ce qui était le plus difficile? Impossible? Dire Non? A qui? A quoi?… En attendant, il fallait trouver à s’encourager comme la petite de sa voix frêle… Lalala Lalère… pour traverser toujours plus vite les nuits … Lalali lalère… Les chutes d’eau dévalaient en cascade au creux des remparts. Les pensées d’Ariane s’éparpillaient, ricochaient ça et là sur les pierres des bassins. Le soleil éclaboussait et le parc se faisait irréel dans les jeux de lumière. Des moineaux piaillaient par instant dans les feuillages. A la question d’apprentissage scolaire « choix de la langue », Ariane avait demandé celle, universelle, des oiseaux.…

Lire la nouvelle