Daniel ARSAND

Daniel Arsand connaît bien le monde de l’édition pour être aujourd’hui auteur et éditeur (Editions Phébus), après avoir été libraire et critique littéraire. Il obtient le Prix Fémina du premier roman en 1998 pour La province des ténèbres. Deux années plus tard, paraît En silence, pour lequel il obtient le Prix Giono, histoire de malédiction pétrie de fantastique, qui confirme son talent reconnu unanimement par la presse.
En 2004, il entrouvre la porte de son passé avec un poignant récit autobiographique, Ivresses du fils. En 2008, ce sont les questions de l’homosexualité et de la passion amoureuse qu’il explore avec le roman Des amants.

La nouvelle

Rencontres Strasbourgeoises

Daniel ARSAND Sofitel Strasbourg Grande Ile

Tobias Véramian a voyagé par le train. Deux heures et des poussières entre lectures – un bonheur flottant mis en mots ; quelques pages dans une langue qui n’est pas la sienne et qu’il comprend ; quel adjectif pour désigner toute autre langue que la maternelle ? – et regard glissant sur les paysages qui défilaient au-delà de la vitre, au-delà de lui-même – plaine à l’herbe rase, d’un jaune grisaillant ; c’est l’automne ; et l’hiver déjà perceptible : forêts en houles déplumées. Il s’est levé très tôt, ce qui n’est pas dans ses habitudes car il lui est toujours douloureux de s’extraire de ses rêves, et il est un peu fatigué. Hier, il s’est endormi à plus de minuit. Il dévorait une histoire qu’un autre lui racontait, et de paragraphe en paragraphe il avait erré dans une joie tranquille. Le train s’arrête dans la gare de Strasbourg. Terminus pour lui. Dès qu’il saute sur le quai, il est…

Lire la nouvelle