David FOENKINOS

David Foenkinos est l’auteur de treize romans dont Le Potentiel érotique de ma femme, Les Souvenirs et Je vais mieux. Ses romans sont traduits dans plus de trente langues. La Délicatesse, paru en 2009, a obtenu dix prix littéraires. En 2011, avec son frère Stéphane, il en a réalisé une adaptation cinématographique avec Audrey Tautou et François Damiens.

La nouvelle

Le Pèlerinage de l'origine

David FOENKINOS Sofitel Berlin Gendarmenmarkt

Berlin, c’est un antidote à la routine. Partagée, détruite, reconstruite, emmurée, protégée par les anges et les tilleuls, il y a toutes les villes dans Berlin. Je voudrais me marier avec une femme qui soit Berlin. Est-ce pour cela que j’y emmène tous les ans cette femme que je voudrais tant épouser ? Cette femme qui demeure éternellement mariée à son mari (ce qui peut paraître logique). Alice a épousé il y a huit ans son dentiste, ce qui constitue une aberration en termes d’intimité. Elle m’a dit qu’il lui a fait des déclarations irrésistibles sur la beauté émouvante de ses molaires (chacun ses armes de séduction). On dit : mentir comme un arracheur de dents. Lui, il m’a arraché Alice. Car je la connaissais déjà, et il était évident que nous étions le couple à construire. Elle a vu les choses autrement. À cette époque, elle avait souvent mal aux dents, et a dû considérer que tout cela serait…

Lire la nouvelle

Ce qu'on attend de la beauté

David FOENKINOS Sofitel Frankfurt Opera

Eva est née par une nuit si claire qu’on aurait pu se croire en pleine journée. Cette clarté était due à la présence excessive des étoiles, comme si elles s’étaient rassemblées ce soir-là pour manifester contre le cosmos. Les parents d’Eva ne pourraient jamais oublier cette lumière inédite. Ils venaient de donner vie à une petite fille, et le monde entier semblait s’accorder dans l’harmonie de leur bonheur. D’une certaine manière, la nuit accouchait d’une étoile. Mais la beauté de cette arrivée magique eut une conséquence : Eva développa un rapport particulier à la nuit. Elle voulait vivre les heures nocturnes, persuadée que la vie était plus intense quand tous les autres humains dormaient. À peine âgée de deux ans, elle avait déjà le rythme d’une fêtarde fiévreuse. Elle luttait pendant des heures, pour sombrer souvent au petit matin. Quiconque venait dans le domicile familial assistait à des crises de larmes dès que le jour commençait à fuir. On emmena la…

Lire la nouvelle