Franck MAUBERT

Écrivain, né en 1955, il vit entre Paris et la Touraine. Critique d’art à L’Express dans les années 80, initiateur avec Thierry Ardisson de Bains de minuit et de Paris dernière. Depuis son premier récit, Est-ce bien la nuit ? (Stock, 2002), il explore l’intime (Près d’elles, Le Père de mon père) et les destins singuliers : Serge Gainsbourg, Toulouse-Lautrec, Aimé et Marguerite Maeght (Maeght, une aventure de l’art vivant, La Martinière, 2006), Francis Bacon (L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux, Mille et une nuits, 2009), ouvrages traduits en plusieurs langues. Son récit romancé, Le Dernier Modèle, consacré au dernier amour de Giacometti, a obtenu le prix Renaudot essai 2012. Son dernier roman, Ville close se déroule dans la ville de Richelieu.

La nouvelle

Novembre basque

Franck MAUBERT Sofitel Biarritz Le Miramar Thalassa Sea & Spa

Dès les premières lueurs, le phare s’est éteint. Elle apprécie l’arrière-saison et ses plages vides mais elle craignait un automne quinteux, giflé de pluies et prévoyait un froid de sel et de poisse. Du large, parvient un vent chaud comme novembre offre encore, à Biarritz, des promesses de fin d’été. Elle a passé les dernières heures de la nuit face à l’océan et, la nuit, courent des ombres à la surface des eaux. Maintenant, à l’est, monte en douceur le soleil. Ses yeux gonflés trahissent sa fatigue sans entamer une sage beauté. Celui qui verrait Valentine pour la première fois lui trouverait le teint pâle. Mais elle est ainsi, et sa blancheur est accentuée par une abondante chevelure rousse. Si l’on approche son visage, son regard présente ce que l’on pourrait considérer comme un petit défaut, une pupille délavée, comme décolorée. Et si elle ne portait un simple jean et un pull col roulé d’un vert absinthe, elle ressemblerait totalement…

Lire la nouvelle