Zoom sur

Bel-Ombre

Par Tatiana DE ROSNAY SO Sofitel Mauritius

Chère Amélie,

Cela fait un moment, déjà, que je ressens le besoin de vous écrire. En vous adressant cette lettre, peut-être aurais-je l’impression de mieux cerner le mystère qui vous entoure. Pendant longtemps, vous êtes restée dans l’ombre. Pourtant, votre nom était souvent cité par ma grand-mère paternelle, Natacha, celle qui, enfant, avait fui la Russie, celle à qui je dois ce prénom exotique. Vous la fasciniez, et à présent, en me penchant sur les quelques bribes de votre vie, je comprends pourquoi. J’aurais aimé connaître les traits de votre visage, savoir si vos yeux étaient clairs ou sombres, noter la teinte de vos cheveux. Je n’ai jamais vu de portrait de vous. J’aurais aimé écouter le timbre de votre voix, admirer votre démarche. Etiez vous belle, Amélie ? Je ne le saurai pas. Qu’importe.
J’ai eu envie de mieux vous connaitre il y a deux ans. En 2009, précisément. C’est à cet instant-là que vous aviez fait irruption, par un chemin inattendu. Tout a commencé avec un renouvellement de passeport. Le mien était périmé depuis quelques semaines. A la mairie de mon domicile, on m’apprend qu’il me faut désormais un certificat de nationalité française pour faire refaire ce passeport. Je réponds, fort étonnée, que je suis française, née à Neuilly sur Seine, de parents français. On me fait remarquer que mon père est né à l’Ile Maurice et ma mère, à Rome. Ce qui ne m’avait jamais empêchée jusqu’ici d’obtenir passeports et cartes d’identité, mais lorsque l’acte de naissance révèle que les deux parents sont nés à l’étranger, une « preuve » de la nationalité française est maintenant exigée.
Rendez-vous au nouveau Pôle de la Nationalité Française munie des actes de naissance et de mariage de mon père, Joël, de mon grand-père, Gaëtan, de mon arrière-grand-père, Eugène. Ils sont nés à l’Ile Maurice. L’arrière-arrière grand-père, Louis Eugène, aussi. Son père, Gabriel, également. A ma tante Zina, la soeur de mon père, née sur l’île et confrontée à la même situation ubuesque, on avait posé cette question : « Pourquoi les Rosnay sont-ils partis vivre à Maurice ? » Comment le savoir ? A moi, on me demande qui était le premier Rosnay né en métropole, avant le départ dans l’Océan indien. Sur Internet, je vérifie son nom, sa date de naissance, il s’agit d’un certain Alexis Fromet de Rosnay né en 1742, dans le Val de Loire.

 

J’ai pu obtenir mon certificat de nationalité, non sans mal, non sans une certaine patience. La personne qui vous écrit ces lignes, Amélie, est « bien française » et cette étrange mésaventure m’a permis de me pencher sur les origines de la famille de mon père. La petite graine était plantée. Pourquoi les Rosnay avait-ils choisi de s’installer dans cette ile perdue de l’océan Indien, à des milliers de kilomètres de la France ? Je devine que vous souriez à présent, Amélie. Mais je ne savais pas encore la vérité. D’ailleurs, je n’ai glané que quelques fragments de cette vérité. Le secret, c’est vous qui le détenez.

 

1 / 5