Zoom sur

Ce qu’on attend de la beauté

Par David FOENKINOS Sofitel Frankfurt Opera

Quelques jours plus tard, Adam devait se produire dans un grand club de Francfort. Il proposa à sa future femme de l’accompagner. Ils pourraient passer trois jours dans un bel hôtel, près de l’Opéra, à l’abri des nuits agitées. Ils s’aimaient et préféraient ne pas visiter la ville. La chambre serait leur musée préféré. Le slogan de leur amour : «  do not disturb ». Ils sortirent tout de même un soir pour dîner dans un restaurant italien La Divina. C’était un endroit simple, décoré avec des photos d’acteurs italiens. Entre « Le Parrain » et « Palombella Rossa », on voyageait entre les répliques cultes. Juste avant le dessert, Adam sortit de sa poche un petit paquet. Eva l’ouvrit le cœur courant. C’était un magnifique collier avec un double ornement, ce qui symbolisait que leurs deux êtres seraient dorénavant liés par une même chaîne. C’était un objet d’une beauté presque magique. Eva resta hypnotisée devant la contemplation du présent. Adam attendait une réaction, mais sa future femme ne pouvait pas parler. L’intensité de son émerveillement empêchait les mots de sortir de son corps. Elle éprouvait le sentiment de nager dans les couleurs chaudes des deux pierres ; l’une verte, l’autre rouge. Des couleurs si intenses qu’elles en paraissaient vivantes ; on aurait dit qu’un cœur battait à l’intérieur du collier.

Eva finit par balbutier qu’elle était au sommet de ce qu’elle pouvait imaginer du bonheur. Mais il se produisit alors un événement pour le moins inattendu. Elle commença à se sentir fatiguée. Etait-ce dû à l’excès d’émotion ? Il était à peine 23 heures, cela ne lui était jamais arrivé. Adam s’inquiéta :

« Ça va ?

– Oui,  je vais me passer un peu d’eau sur le visage ».

Au bord de l’évanouissement, elle rentra pour s’endormir aussitôt sur le lit, toute habillée. Le lendemain matin, elle fut complètement paniquée. Elle se demanda si elle n’avait pas été victime d’une intoxication alimentaire. Mais non, tout allait bien. Pour la première fois de sa vie, elle s’était endormie à une heure décente.

2 / 6