Zoom sur

Cinquième jour

Par Hervé HAMON Sofitel Hambourg Alter Wall

Il était presque parfait, ce Werner. Costume gris, cravate grise, chaussures noires, mais la prunelle turquoise, mobile, un peu trop peut-être, comme était un peu trop conquérante sa moustache blonde. N’empêche, songea Katz, malgré cela, il était parfait, presque parfait, ce Werner, dans son rôle de portier. Il arborait l’uniforme convenu avec le mélange de soumission et de désinvolture qui trahit les vrais professionnels – on ne doutait pas que, derrière la fonction, il y avait une personnalité, mais que cette dernière se tenait à bonne distance, à l’exacte distance. Et cela, Katz le savait mieux que personne, ne s’apprenait que lentement. Parfois, il se disait même que cela ne s’apprenait pas, que c’était une grâce.

Il n’avait pris la direction de l’hôtel que depuis trois semaines, le groupe avait décidé de confier cette grosse machine à un jeune, un relativement jeune. Et, chaque jour, il consacrait une heure entière à observer son personnel. Sans se cacher, tranquillement, sans aucun esprit d’embuscade. Il voulait voir mais aussi être vu, sortir de son bureau, arpenter le terrain. Katz n’avait pas encore quarante ans et considérait qu’être chef, c’est se mettre en déséquilibre.

 

Un brouillard sombre noyait la ville. On était début décembre, le jour tombait tôt, les lumières de Noël allaient s’allumer et il était grand temps. Du port, par bouffées, arrivaient des odeurs de malt et d’hydrocarbures, des odeurs que charriait la pluie en suspension.

Katz aperçut l’homme, le client. Lui seul était averti de son arrivée. Le client surgit de la rue confuse, marchant tout droit d’un pas obstiné, tellement las qu’il semblait déchirer l’air, s’y tailler une place. Il était vêtu de rouge, d’une sorte de combinaison épaisse, avec des bandes réfléchissantes, et ses bottes jaunes étaient maculées de boue. Sa chevelure dégoulinait, il avait apparemment de la graisse sur le front, sur les pommettes, sur  les mains. Ses yeux mi-clos ne voyaient quasiment pas. On avait l’impression, tout à la fois, qu’il allait s’effondrer sur le pavé gras et qu’une force irrésistible l’emportait.

1 / 17