Zoom sur

Nous n’irons pas aux îles du Rosaire

Par Frédéric VITOUX Sofitel Santa Clara Carthagène

– Tu les reconnais ? lui chuchota Hélène.

Les Américains avaient pris le même avion qu’eux, ce matin, depuis Bogota, mais ils ne les avaient remarqués que dans le hall de l’aéroport de Carthagène, alors que défilait le tapis roulant des bagages.

Les voyageurs guettaient leurs biens avec plus ou moins d’impatience ou d’appréhension, comme on espère le gros lot ou la pêche miraculeuse. La valise dont s’empara l’Américain, une samsonite rouge, était défoncée, sa fermeture éclair à moitié ouverte, et des vêtements menaçaient de s’en échapper. A sa vue, la femme hurla, au bord de la crise de nerfs, et l’homme lui répondit avec impatience, alors qu’il était encore accroupi et repoussait tant bien que mal dans la valise les tricots ou les chemisiers qui en jaillissaient.

Se donner ainsi en spectacle !

Robert et Hélène avait souri. Ils avaient décidé que leur voyage, leur premier grand voyage depuis qu’ils avaient pris leur retraite, s’inscrirait sous le signe de la comédie. Tout commençait bien. Ils pouvaient laisser là le couple en bagarre avec leur valise défoncée et gagner leur hôtel…

2 / 20